L’abbé Pierre _ 25 mai 2019


Samedi 25 mai 2019 : Rendez vous à 15h

Visite découverte : « Le Centre abbé Pierre à Esteville »

C’est un lieu de mémoire que nous découvrons aujourd’hui.

Notre visite commence par la projection d’un film sur la vie et l’œuvre de l’abbé Pierre. En 1964, Georges Lanfry, un entrepreneur en bâtiment et archéologue, fait don à l’abbé Pierre d’un vieux manoir quasiment abandonné depuis vingt ans, entouré d’un parc de 2 ha.
Le bâtiment est ensuite restauré par une communauté de « chiffonniers bâtisseurs » selon le terme utilisé par le Mouvement Emmaüs. Cette propriété prend le nom de « Halte d’Emmaüs » et une association est constituée sous ce nom.

Pour l’abbé Pierre cette maison est un lieu de travail et de repos. L’abbé Pierre s’y rend très souvent et s’y installe d’une façon quasi permanente de 1991 à 1999. A partir de 1999, la Halte devient un centre d’hébergement destiné principalement aux jeunes en difficulté. Par la suite elle s’ouvre à d’autres types de public. La maison a toujours accueilli des membres d’Emmaüs pour le travail et la détente.

Depuis 2012, un espace d’expositions permanentes a été constitué et il est composé de plusieurs salles : Le rez-de-chaussée est consacré à Emmaüs. Nous avons pu découvrir les différents domaines d’activité dans lesquels intervient le mouvement Emmaüs en France, mais aussi dans le monde.

Le parcours de vie de l’abbé Pierre est également retracé : l’exposition illustre la vie, l’œuvre et le message de celui qui fut une figure majeure de la France contemporaine. On visite également la minuscule petite chapelle où le saint homme disait la messe.

A l’étage, on trouve la chambre de l’abbé Pierre, laissée en l’état. Cette chambre lui servait aussi de bureau et d’atelier. Ses livres, ses cassettes vidéo, ses dossiers et les nombreuses lettres qu’on y trouve constituent un témoignage sur sa personnalité, sa vie de travail et ses combats. Sur le lit sont exposés la pèlerine et la canne de l’abbé.

Cette chambre-bureau-atelier témoigne du côté pratique et bricoleur de l’abbé Pierre : ses étagères, ses caisses et ses outils, tout a été conçu par l’abbé lui-même dans un style bien spécifique que ses compagnons appelaient le style « Louis Caisse ».

Des espaces magasins de jouets et livres d’occasion complètent la visite.
Dans le parc qui entoure le bâtiment, un espace « street art » a été installé et des expositions temporaires sont également présentées régulièrement dans les locaux, elles sont toujours consacrées aux œuvres des modestes.

Avant de quitter Esteville, nous n’avons pas manqué de nous rendre au cimetière pour nous recueillir sur la tombe de l’abbé Pierre. Il repose ici depuis 2007, sous un grand Christ allongé sur le sol. L’abbé et entouré de ses fidèles compagnons.