Blainville-Crevon _ 1er septembre 2018


Samedi 1er septembre : Rendez vous à 14h30

Visite découverte : Le château médiéval et la collégiale de Blainville-Crevon

C’est la société Culturelle de Blainville Crevon et de sa région qui nous accueille pour la découverte de ce site et Brigitte Wallu, une bénévole de la première heure des fouilles, va nous commenter cette visite. En 1967, quelques jeunes du village jouent au volley sur un terrain aménagé au bord d’une prairie, le ballon disparaît dans un buisson et en allant le récupérer, c’est la découverte d’une amorce de voûte de pierre : cela va changer la vie des découvreurs et en même temps la vie du village. Ce sera le départ de cinquante années de fouilles auxquelles vont participer pas moins de quatre mille bénévoles pour mettre à jour les vestiges de cinq châteaux empilés les uns sur les autres et de reconstituer leurs histoires et celles de leurs nombreux propriétaires. C’est toute cette aventure que nous relate notre guide photos à l’appui.
Le château de Blainville Crevon, totalement ensevelit avant sa découverte, n’était qu’un roncier, d’où ne dépassaient que quelques ruines à peine visibles des promeneurs.
Il a fallut l’acharnement des bénévoles qui se sont relayés depuis 1967, pour faire sortir de terre ces surprenants vestiges des XIIIème, XIVème XVème et XVIe siècles perchés sur une motte féodale du XIème :

les ruines de l’ensemble ayant servi d’assises au XVIIIème siècle à la construction d’un dernier château.

Un document du XIème siècle fait apparaître une motte féodale qui est encore bien visible aujourd’hui : tour de bois et palissade placées au sommet d’une motte entourée d’un fossé.

Un premier château est construit au XIIIème siècle, logis seigneurial, sans doute « le domus » de Geoffroy de Mauquenchy. Pendant tout le XIVème siècle, le fief est détenu par les Mauquenchy, l’un d’eux dit « Mouton de Blainville » est fait maréchal de France le 20 juin 1368 et devient, avec Du Guesclin, un des tous premiers personnages de la cour du Roi.

Un terrible incendie endommage le château en 1404 : le seigneur de l’époque, Guillaume d’Estouteville, n’aura ni le temps ni l’argent pour relever l’ouvrage. Son fils Jean lui succède : le château est presque complètement démantelé par les Anglais en 1436. Ce d’Estouteville nommé grand maître des arbalétriers par le Roi Louis XI, fera construire la collégiale.

Au XVIème siècle le château est restauré et montre une belle silhouette Renaissance, mais il n’a pas perdu son rôle militaire.

Marie d’Estouteville, en 1512, renforce les fortifications du château et entame d’importants travaux de défense autour du village de Blainville. Le château est attaqué en 1562 et 1581, puis en 1589 et 1594 quand son seigneur Christophe II d’Allègre soutient Henri IV dans sa guerre contre Rouen et les Ligueurs.

Puis des périodes plus calmes arrivent. Par mariage, les familles Colbert de Seignelay en 1675 et Montmorency de Luxembourg en 1724 deviennent les maîtres des lieux : ils vivent plus souvent à la cour du Roi, laissant Blainville de moins en moins entretenu.

En 1778, Louis Colbert récupère le château de Blainville et l’arase au niveau du deuxième étage de ses tours, remblaye partiellement les fossés et entreprend à grand frais l’édification d’une des plus belles demeures de la région. Entre 1789 et 1793, Louis Colbert sera contraint à l’exil et son château flambant neuf sera démoli et vendu en carrière de pierres par les révolutionnaires. La nature reprendra ses droits et les ruines disparaîtront sous la terre et les broussailles.

Grâce au travail de l’association, ce site est aujourd’hui bien entretenu et animé par des visites et différentes manifestations culturelles en particuliers « Archéo-Jazz » qui a lieu en juin depuis plus de quarante ans et où sont venus jouer les plus grands musiciens de jazz de la planète. Brigitte nous a fait vivre toute cette aventure avec beaucoup de passion et nous faisant visiter les différents sites des différents châteaux

en particuliers les souterrains aux voûtes exceptionnelles.

C’est Aline une autre bénévole de l’association qui prend le relais pour nous faire visiter la collégiale toute proche et aujourd’hui, église paroissiale du village. Fondé par Jean d’Estouteville, conseillé du Roi Charles VII et chevalier de l’ordre de Saint Michel, La collégiale est fondée le 5 janvier 1489 : elle est construite de 1489 à 1491. Le collège est composé d’un chantre, d’un trésorier et d’une dizaine de chanoines qui prient pour Jean d’Estouteville, son épouse Françoise de la Rochefoucauld et tous les Rois pour lesquels le seigneur a servi.

La collégiale est de style gothique flamboyant, la courte période de construction permet d’avoir un bâtiment homogène. Les matériaux employés sont la pierre pour les sculptures, les murs sont composés de grès et de silex en damier. Sa flèche polygonale est une réalisation faite en plomb.
A l’intérieur, le chœur est agrémenté de stalles de bois

et de vitraux du XVème siècle.

Des statues de Saint Jean Baptiste et Saint Pierre datent du XVe siècle, tout comme Saint Adrien dans la chapelle Saint Michel, chez qui certains voient le visage de Jean d’Estouteville. Un magnifique Archange, très réaliste, grandeur nature du XVe siècle,

trône dans le transept nord accompagné par un féroce Dragon qu’il terrasse.
Tout près du chevet de l’église se trouve la maison où Marcel Duchamp est né en 1887. Notre guide nous informe que cette maison possède encore à l’intérieur un magnifique escalier qui aurait inspiré le peintre pour son tableau « Nu dans l’escalier ».

Encore une superbe journée découverte qui s’est terminée pour une majorité d’entre nous à la boulangerie du village, réputée pour la qualité de ses produits. Un grand merci à ces bénévoles de l’association culturelle de Blainville qui nous ont accueilli si chaleureusement.